Navigation principale


Bienvenu(e), invité(e)
Utilisateur:

Mot de passe:


Se souvenir

[ ]
[ ]
[ ]
 Membres vus aujourd´hui: 2
Actuellement connecté
 Membres: (0)
 Invité(e)s: (73)


Forums
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>   
La blague du jour

Aller à la page   <<        >>  
Auteur Message
Mistëry
01 octobre 2017, 07:23
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Les chaussures

 

Dans un magasin de chaussures, un client dit au vendeur :
– Je voudrais le modèle qui est là dans la vitrine. Pointure 40…

Le vendeur regarde ses pieds et lui dit :
– Monsieur, je crois que vous faites erreur. J’ai l’habitude, et je puis vous dire que vous faites du 42. C’est bien pour vous ?
– Oui, mais donnez-moi du 40 !
– Je vous assure qu’il vous faut du 42…
– Ecoutez, jeune homme, n’insistez pas. J’ai un patron qui me traite comme un chien, un fils drogué, une fille enceinte sans que l’on sache de qui. Ma femme me trompe avec mon meilleur ami, ma mère est à l’hôpital, et mon banquier me harcèle. Mon seul bonheur dans la vie c’est, quand je rentre chez moi le soir, d’ôter mes chaussures……



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
02 octobre 2017, 07:20
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Sois forte!

 

Un homme s’évade de prison après 15 ans de détention.

Il entre dans une maison pour voler de l’argent et un fusil. Il trouve un jeune couple au lit. Il ordonne à l’homme de sortir du lit et l’attache à une chaise.
Il attache ensuite la femme au lit, il s’embarque par-dessus elle et l’embrasse dans le cou, se lève et s’en va dans les toilettes.

Le Mari tout affolé en profite pour dire à sa femme :
– Écoute ma chérie, c’est un évadé de prison, regarde son linge. Cela doit faire longtemps qu’il n’a pas vu de femmes. J’ai vu comment il t’embrassait dans le cou. S’il veut du sexe, ne résiste pas, fais ce qu’il veut.
Donne-lui satisfaction même si ça te répugne. S’il se fâche, il pourrait nous tuer.
Sois forte chérie. Je t’aime.

Sa femme lui répond alors :
– Il ne m’embrassait pas dans le cou, il m’a chuchoté à l’oreille qu’il était gay, qu’il te trouvait à son goût et voulait savoir si on avait de la vaseline. Je lui ai dit oui, dans les toilettes.
Sois fort chéri. Je t’aime.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
03 octobre 2017, 07:54
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le pêché

 

C’est une jeune fille qui vient prendre place dans le confessionnal.

Elle se penche à la grille du parloir et commence :
– Pardonnez-moi mon père, parce que j’ai pêché.
– Allez-y mon enfant, parlez, quel pêché avez-vous commis ?
– Mon père, j’ai commis le pêché de vanité. Deux fois par jour, je me contemple devant le miroir en me disant que je suis magnifique.

À ce moment là, le curé se penche à la grille et observe longuement la jeune fille, puis il lui dit : « Mon enfant, j’ai une bonne nouvelle pour vous : ce n’est pas un pêché, c’est simplement une erreur. »…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
04 octobre 2017, 08:17
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Première érection

 

C'est le mois de juin. Il fait très chaud. Trois petits garçons rentrent de l'école. Sur leur trajet, ils longent une superbe propriété avec une piscine où se baigne une dame complètement nue.

Naturellement, les trois petits garçons s'arrêtent pour la zieuter. Mais, subitement, et sans prévenir, un des trois petits garçons se sauve en courant. Alors les deux autres rentrent eux aussi.

Le jour suivant, il fait toujours aussi beau, et ils retrouvent la jeune dame en train de se baigner toujours aussi nue. Tout comme le premier jour, le petit Sébastien, se sauve en courant.

Le troisième jour, la jeune dame est encore là. Cette fois-ci, les deux copains ont décidé de faire quelque chose, dès qu'Albert fait mine de se sauver, ils l'attrapent.

- Hé! Qu'est-ce qu'il y a? Tu as peur des filles toutes nues?

- Non. Non. Ce n'est pas ça. Sauf que ma mère m'a dit que si je regardais une femme toute nue trop longtemps, que je pouvais me transformer en statue de pierre, et je me sens déjà devenir tout dur.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
05 octobre 2017, 09:14
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

L'amant

 

C’est une femme qui reçoit son amant chez elle, alors que son mari est au travail.

Un jour qu’ils sont au lit tous les deux, elle entend la voiture du mari dans le garage :
Il rentre plus tôt que d’habitude !!!

Elle hurle alors à son amant :
- Dépêche-toi ! Attrape tes vêtements et passe par la fenêtre TOUT DE SUITE !
Le petit ami regarde la fenêtre et dit :
- Je ne peux pas sortir par la fenêtre comme ça ! Il pleut des cordes dehors !
Elle lui répond :
- Si mon mari rentre dans la chambre et qu’il te voit, il nous tuera tous les deux !

Alors le jeune homme prend ses vêtements et passe par la fenêtre !

Arrivé sur la terre ferme, il se retrouve au beau milieu du marathon municipal annuel…

Alors il se met à courir au côté des autres participants, malgré le fait qu’il soit complètement nu avec ses vêtements à la main.
Son voisin de course le regarde alors de bas en haut et lui dit :
- Vous courez toujours le marathon tout nu ?
L’amant lui répond :
- Oui oui, de cette manière je ressens vraiment une impression de totale liberté.
Et l’autre continue :
- Et vous emportez toujours vos vêtements pendant la course ?
L’amant essoufflé répond :
- Oui bien sûr, comme ça je m’habille tout de suite à la fin de la course et je rentre directement chez moi en voiture !
Enfin le coureur termine :
- Et vous portez toujours un préservatif en courant ?
- Oh non… Seulement quand il pleut.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
06 octobre 2017, 07:22
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Un drôle de pêcheur !

 

Il pleuvait à verse ce jour-là, et une grande flaque s’était formée devant la winstub d’Oberschaeffolsheim le Haut.
Un vieillard alsacien était là, sous la pluie, avec une canne et une ficelle pendue dans la flaque.

Un touriste, parisien de surcroît, touché par ce qu’il voyait, l’approcha et lui demanda ce qu’il faisait là, sous cette pluie battante :
«Je pêche » répondit le vieil alsacien, tout simplement.

Pauvre bougre, pensa le brave touriste parisien, qui invita aussitôt le vieillard à l’accompagner dans la winstub pour se sécher au chaud et prendre une boisson.

Alors qu’ils buvaient leur gewurtztraminer à petites gorgées, le gentil touriste, pensant faire plaisir au vieillard, lui demanda, un peu ironique :
« Et alors, vous en avez attrapé combien, depuis ce matin ? »

« Vous êtes le huitième » répondit le vieil alsacien, avec un grand sourire…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
07 octobre 2017, 08:27
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Marguerite

 

Voici l’histoire de Marguerite, la petite Fleur.

Marguerite était très timide. Elle était jonquille, mais elle était très timide. Elle perdait vite les pétales.

En plus elle était très malade.

Elle décida d’aller voir un médecin pour fleurs et elle se rendit chez le Dr Bouquet, Corolle Bouquet. (Qui habitait rue Léon Blum).

– Bonsoir Docteur.
– Bonsoir Marguerite. Alors que se pistil ma petite Marguerite ?
– J’ai fait des bêtises docteur.
– Vase ? Je vous demande chardon ? Quel genre de bêtises ?
– Je me suis myo-sottises !
– Ce n’est pas grave… Marguerite c’est de ton âge. Toutes les petites fleurs font des sottises!
– Ce n’est pas tout, docteur!
– Aaah bon… ?
– Non, je suis amoureuse de Fanfan la Tulipe et ça me donne des végétations et puis, quand je mange, j’ai du mal à Azalée !… et j’ai les oreilles qui bourgeonnent.
– Aaaah, ça c’est plus grave… Je vais devoir t’opérer. Quelle heure est-il ?
– Sécateur docteur.
– Déjà. Opérons vite !

Hélas, l’opération rata. Marguerite fut paralysée dans la fleur de l’âge et elle resta plantée là … comme un légume.

Elle alla porter plante au commissariat. Chez les flicus. Mais personne ne voulait l’écouter. On lui répétait sans cesse :
« Aaaah mais mademoiselle, il faut accepter les conséquences: cette opération a été réalisée à fleuristes et périls. »

Marguerite était très très malheureuse. Elle tenta même de mettre fin à ses jours. Il lui restait pourtant une toute dernière chance: une greffe.

Ce fut le docteur Bouquet qui réalisa l’opération et cette dernière réussit parfaitement. Marguerite était guérie. Elle redevint pollen de vie, elle put recommencer à jouer à cache-cache-pot et se maria avec Chris (Chris Anthème) qu’on croyait homo mais qui était terreau et elle devint graine d’Angleterre. Car Chris Anthème était engrais.

Marguerite fut heureuse pour des siècles et des cyclamens.

On peut dire qu’elle a eu du pot….



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
08 octobre 2017, 08:38
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Nouvelle recrue à la Gendarmerie

 

- Comment vous appelez -vous, mon garçon ?

- Yves, et vous ?

Le capitaine, furieux, s'écrie :

- Mon petit bonhomme, je ne sais pas d'où vous arrivez, mais sachez que je suis le Capitaine et que je m'appelle Mon CAPITAINE. De même, dans ma compagnie, j'appelle les gens par leur nom de famille. Si vous vous appelez Yves Tartempion, je vous appellerai Tartempion, mais pas Yves. Me suis-je bien fait comprendre ?

- Oui, mon capitaine.»

- Alors, c'est quoi votre nom de famille ?

- Montcherry.

- Très bien, Yves, au travail.



[ Édité 08 octobre 2017, 08:40 ]

***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
09 octobre 2017, 08:41
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le broyeur

 

C’est un jeune employé qui s’apprête à quitter le bureau vers les 19h30, lorsqu’il croise son directeur, en face du broyeur de documents, une feuille de papier à la main…

– Ah jeune homme ! Vous allez pouvoir m’aider avant de partir : Ceci (en montrant son papier) est très important, et ma secrétaire vient de partir. Sauriez-vous faire fonctionner cette machine ?

Le jeune employé répond :
– Mais très certainement Monsieur.

Et il branche la prise, insère le papier dans la fente et celui-ci est aussitôt broyé.
– Excellent ! dit le directeur, alors que son papier disparaît… Une seule copie suffira….



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
10 octobre 2017, 07:22
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Place Vendôme

 

Un homme genre la cinquantaine, plutôt petit, choucroute sur la tête et lunettes de soleil à la Alain Delon, arrive chez Cartier, Place Vendôme à Paris, en compagnie d’une jeune femme splendide, et ensemble, ils choisissent un bijou de 75 000 euros.

Au moment de payer, l’homme sort son carnet de chèques et, sans sourciller, le rédige. Le vendeur, lui, est un peu ennuyé car c’est la première fois qu’il voit ce couple à la bijouterie.

L’homme s’aperçoit du malaise du vendeur et, avec beaucoup d’aplomb, lui dit :
– J’ai le sentiment, très cher, que vous pensez que ce chèque est peut-être sans provision, n’est-ce pas ?…
– Heu… Et bien…
– Bien ! voici ce que nous allons faire : vu que aujourd’hui c’est samedi et que ma banque est fermée, je vous propose que vous gardiez ce chèque ainsi que le bijou. Dès lundi, procédez à son encaissement et lorsque le paiement sera honoré, faites livrer le bijou chez Mademoiselle. D’accord ?

Le vendeur, rassuré, donne son aval à cette solution sans l’ombre d’une hésitation, assurant même, que la bijouterie prendrait à sa charge la livraison du bijou et qu’il s’assurerait en personne du bon déroulement de l’opération.

Le lundi matin, après vérification à la banque, il se rend compte que c’est bien un chèque en bois !

Furieux, le vendeur appelle aussitôt le client malhonnête et ce dernier lui répond :
– Mais ce n’est pas grave ! Cela ne nous a rien coûté ni à vous ni à moi, de plus j’ai passé une soirée d’enfer avec une ex-mannequin ! D’ailleurs je tiens à vous remercier pour votre collaboration !…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
15 octobre 2017, 09:54
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le ver de terre

 

– Papy, papy, j’ai tout emmêlé la ligne.

Au bout d’un moment, le papy en a marre, et ne pense qu’a se débarrasser du gamin. Il prend un bâton, fait un trou étroit dans le sol, et dit a son petit fils :
– Tiens, je vais te montrer un jeu. Prend un ver de terre, et essaie de le glisser dans le trou. Si tu y arrives, je te donne 10 euros.

Évidemment, le ver se tortille sans arrêt, et c’est pas demain la veille que le petit aura réussi à le rentrer dans le trou… Pendant ce temps, le grand-père, enfin tranquille, se remet à la pêche.

Au bout d’un moment, le petit-fils revient vers lui:
– Ça y est, j’ai fini.

Le grand-père :
– Hein ?
– Ben oui, comme le ver y bougeait tout le temps, je l’ai aspergé de laque, et j’ai pu l’enfiler dans le trou.

– Ah ! ben oui, c’est bien mon petit…

Et le lendemain matin, le grand-père de tenir sa promesse :
– Tiens, voilà tes 10 euros, et voilà 10 euros de la part de ta grand-mère….



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
16 octobre 2017, 07:14
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Historique !

 

Un type dit à son copain :

– Chaque fois que je m’engueule avec ma femme, elle devient historique !

– Tu veux dire hystérique !

– Non, historique ! Elle se souvient de tout ce que j’ai fait de travers… du jour… et même de l’heure.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
17 octobre 2017, 08:53
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

La place dans le bus

 

Une dame très âgée, qui se déplace en prenant appui sur une canne, monte dans un bus bondé.

Nous sommes en 2014, et personne ne cède sa place.

Elle tient difficilement debout et à l’occasion d’un arrêt un peu brutal de l’autobus, sa canne dérape sur le sol et elle s’étale de tout son long.

Bien assis sur son siège, un petit garçon d’environ six ans la regarde et lui dit :
« Vous savez madame, si vous aviez mis un petit bout de caoutchouc au bout de votre canne, vous ne seriez pas tombée ! »

La vieille dame, très en colère lui réplique du tac au tac :
– « Et si ton père avait fait la même chose, il y a six ans, j’aurais eu un siège aujourd’hui, non mais quel toupet ! »



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
18 octobre 2017, 08:47
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Nouvelle recrue à la Gendarmerie

 - Comment vous appelez -vous, mon garçon ?

- Yves, et vous ?

Le capitaine, furieux, s'écrie :

- Mon petit bonhomme, je ne sais pas d'où vous arrivez, mais sachez que je suis le Capitaine et que je m'appelle Mon CAPITAINE. De même, dans ma compagnie, j'appelle les gens par leur nom de famille. Si vous vous appelez Yves Tartempion, je vous appellerai Tartempion, mais pas Yves. Me suis-je bien fait comprendre ?

- Oui, mon capitaine.»

- Alors, c'est quoi votre nom de famille ?

- Montcherry.

- Très bien, Yves, au travail.

***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
19 octobre 2017, 13:16
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le conseiller conjugal

 

Après quinze ans de mariage et de fréquentes disputes, un couple se décide à consulter un conseiller conjugal.

L’épouse se lance immédiatement dans une longue tirade passionnée, elle détaille chaque petit problème de couple survenu pendant ces 15 années.

Et encore, et encore, et encore : il ne m’aime plus, il me néglige, il me laisse seule, il ne me donne pas d’affection, etc…

Finalement, après l’avoir patiemment écoutée, le thérapeute se lève, fait le tour de son bureau, demande à la femme de se lever et il l’embrasse longuement, avec fougue et passion.

La femme, enfin silencieuse, se rassied calmement, l’air béat, comme sur un nuage.

– Voilà , dit le thérapeute au mari, ce dont votre épouse a besoin, chaque jour. Et j’insiste: chaque jour de la semaine ! Sommes-nous bien d’accord ?

Le mari, après quelques instants de réflexion :
– Du lundi au vendredi, pas de problème, je peux vous l’amener ici chaque matin, mais le week-end ce n’est pas possible : je fais du vélo.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Aller à la page   <<        >>  
Modérateurs:aihla, Minitonia, Nowwhat, Yøg, Dobromir, Agroma, Freijana, Yinløng, Espérãnce

Allez à:     Retour en haut


Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
.