Navigation principale


Bienvenu(e), invité(e)
Utilisateur:

Mot de passe:


Se souvenir

[ ]
[ ]
[ ]
 Membres vus aujourd´hui: 3
Actuellement connecté
 Membres: (0)
 Invité(e)s: (62)


Forums
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>   
Histoire WOW - Grim Batol : jeux de nain, jeux de vilain !

Auteur Message
Temax
31 août 2010, 09:42
Membre enregistré #469
Inscrit(e) le: 18 septembre 2009, 14:04
Messages: 1230

Introduction

 

Grim Batol Portes

Située aux pieds d’une région montagneuse, à proximité d’une magnifique chute d’eau, dotée d’une longue allée décorée d’objets d’art aux formes guerrière, agrémentée d’un imposant portail d’entrée anti-effractions, se trouve une résidence de charme et de caractère qui change souvent de propriétaire. Non pas que le cadre idyllique de terres marécageuses soit dérangeant. Pas plus que ne pose problème la présence de raptors évadés d’un laboratoire d’expérience secrète sis sur une île jurassique. Ce ne sont pas les nuisances sonores et aquatiques provoquées par la proximité du plus grand barrage de tout Azeroth qui gêneront, non plus. Cette valse continue des occupants de Grim Batol a fait que même Belles demeures et L’indicateur Bertrand ont arrêté de référencer ce domaine dans leurs pages.

Barrage de Formepierre

Il faut dire aussi, qu’à l’image d’une maison de série B tenant lieu de scène pour des intrigues de meurtres à répétition, Grim Batol choisit très bien ses occupants : des Nains, d’autres Nains, des Nains qui ne veulent plus revenir, des Orcs, des dragons rouges, des dragons noirs, des dragons violets, une secte… Même le Temple Noir est un modèle de stabilité locative à côté de cette ancienne ville construite par les plus imbibés des mineurs, nos amis déjà cité trois fois : les Nains. Comment Diable est-on donc arrivé à cette situation ? Invasion de souris mutantes explosives ? Présence d’un vaisseau de tommyknockers sous la montagne ? Voisinage immédiat avec un ancien cimetière indien ? Arnaque au bail locatif dénoncée moult fois par des magazines consuméristes ?

Même si toutes ces hypothèses sont plausibles, rien de tout cela n’est vrai, puisque l’histoire de ces lieux est autrement plus longue et complexe qu’un vulgaire film d’horreur. Franchissez donc les Portes de l’endroit et voyez par vous-même.

 

1 – La guerre de la saucisse et du marteau


Il y a quelques siècles, les Nains d’Ironforge se divisèrent en trois clans : les Bronzebeard (Barbe de bronze), les Wildhammer (Marteaux-Hardis) et enfin, les Dark Iron (Sombrefer). Déjà sévèrement alcooliques à l’époque, au point qu’ils se trouvaient, techniquement parlant, au seuil du druidisme inné, nos petits amis barbus se foutaient allègrement sur la gueule comme leurs couillons de voisins d’Humains. En ces temps là, tous résidaient dans l’actuelle cité de Forgefer, dans la parfaite harmonie que n’envierait pas une meute de chiens errants, puisqu’une guerre civile finit par éclater. À son terme, les Bronzebeard furent victorieux et ils n’eurent aucun scrupule à foutre à la porte leurs cousins comme de vulgaires vendeurs d’encyclopédies.

Intérieur Grim Batol
Suite à cela, les Sombrefer s’établirent dans les Carmines où ils fondèrent la ville de Thaurissan, et les Wildhammer, eux, s’installèrent au Nord de Khaz Modan où ils entreprirent la construction de Grim Batol, leur nouvelle demeure. Seulement voilà, chez les Dark Iron la rancune et l’humiliation étaient tenaces, et le dirigeant légèrement parano. Les Sombrefer refusèrent d’oublier qu’on les avait jetés de Forgefer comme des adolescents acnéiques gaulés avec des baskets dans une boite de nuit, et ils se mirent dans l’idée que l’un des trois clans allait tomber sur le pif des deux autres incessamment sous peu. Thaurissan, le chef des Dark Iron, préférant prévenir que guérir, et voulant tenter si possible de rétablir l’unité naine sous sa bannière se dit qu’une bonne petite guerre ferait l’affaire. Ainsi commença la Guerre des Trois Marteaux, il y a près de deux siècles et demi. Histoire de pimenter l’affaire, le Thane-Sorcier des Sombrefer, décida de mener ce conflit à l’allemande, c’est à dire sur deux fronts, si possible les plus éloignés l’un de l’autre. Sa femme, Modgud (visiblement haïe par ses parents dès la naissance pour écoper d’un nom pareil), allait mener l’attaque sur Grim Batol. Thaurissan, lui, s’occuperait d’Ironforge.

Non contente d’avoir un nom à coucher dehors, la royale épouse du leader charismatique des Sombrefer était aussi une sorcière. Comme toute bonne sorcière elle déploya donc des trésors d’imagination pendant l’attaque qu’elle lança sur sa cible, et sa persévérance dans l’utilisation de la magie noire lui permit d’enfoncer les portes de la cité et de l’assiéger avec son armée. Très remontés de l’autre côté, les Marteaux-vous-m’avez-dit-de-pas-dire-Hardis, assassinèrent la Reine et provoquèrent la déroute de ses troupes. Ce qui restait de soldats en débandade fut intercepté par l’armée venue d’Ironforge qui avait déjà réglé son compte aux bidasses du Thane.


Apparition Ragnaros
Très mauvais perdant, celui-ci, arbora son meilleur poker face et tenta le tout pour le tout en essayant d’invoquer une puissante créature pour retourner la situation. Grand mal lui en pris, puisqu’il éveilla en ce monde Ragnaros, le Seigneur du feu, qui ravagea son pays et réduisit son peuple en esclavage. La guerre se finit donc mal pour les agresseurs, et, à présent, les deux autres clans nains allaient pouvoir retrouver la paix.

Grim Batol videLe souci c’est qu’au cours de ce conflit, telles des carcasses pestiférées d’animaux jetées dans les réserves d’eau potable d’une ville assiégée, toutes les saloperies invoquées par Modgud laissèrent une empreinte maléfique dans la cité de Grim Batol. Ces lopettes de Wildhammer préférèrent donc émigrer plus au Nord et s’installèrent au Pic Aerie dans les Hinterlands, plutôt que d’affronter comme des hommes la corruption magique.

 

2 – Trois Orcs et un couffin


Deux siècles plus tard, au cours de la Seconde Guerre, les Orcs s’établirent dans la région et l’utilisèrent comme base d’opération. Investissant Grim Batol ils se servirent de l’ancienne ville naine comme d’une couveuse géante pour les dragons rouge qu’ils élevaient en tant que montures. À l’époque, Alexstrasza, l’Aspect draconique de la Vie (et accessoirement la bonnasse du Temple du Ver), avait été réduite en esclavage et emprisonnée par les peaux-vertes du clan Dragonmaw (Gueule de Dragon). Ceci avait été rendu possible grâce à un puissant artefact magique forgé durant la Guerre des Anciens : l’Âme du Démon (aussi appelé Âme du Dragon).

Ame du dragonUne créature aussi puissante que la Reine des Dragons ne pouvait pas lutter contre la puissance de cet artefact, à côté duquel, même l’anneau de monsieur S. de Mordor ressemblerait à un pet de lapin. Ce disque doré, investit des pouvoirs des vols draconiques rouge, bleu, vert et bronze fut créé par Neltharion (le futur Deathwing / Aile-de-Mort) pour contrer l’invasion de la Légion ardente sur Kalimdor. Les voix dans la tête de l’Aspect de la Terre qui l’avaient poussé à fabriquer cet objet, lui firent l’utiliser contre les siens, et dès cette époque, le Dragon noir devint Deathwing le Destructeur. À la fin de la Guerre des Anciens, l’Âme du démon fut reprise à Aile-de-Mort, et enchantée pour que celui-ci ne puisse plus jamais l’utiliser. Dix mille ans après, le béhémoth noir s’arrangea donc pour que les Orcs s’emparent de l’artefact et qu’ils en fassent usage contre Alexstrasza qui fut vaincue et maintenue en esclavage à la manière d’une vulgaire poule pondeuse (sans la norme « agriculture biologique »).

DeathwingSous la houlette du dragon rouge Korialstrasz, travesti sous l’apparence humaine du mage Krasus du Kirin Tor, Rhonin le mage rouquin fut envoyé sur place pour libérer la Lieuse-de-Vie. Après les péripéties relatées dans le roman Le jour du Dragon, Alexstrasza est finalement libérée, les Orcs chassés et l’Âme du Démon détruite. Retrouvant leurs pouvoirs qui avaient été placés dans le disque magique, les quatre autres Aspects purent recouvrer toute leur puissance face à un Deathwing qui ne faisait plus le poids. S’en suivit alors un final digne de Bioman, où, après les « force rouge ! », « force bleue ! », « force jaune ! », etc. de rigueur, le Destructeur repartit la queue entre les jambes en criant : « Ha ha ha vous m’avez battu mais je reviendrai ».

Bon… sur ce coup là, peut-être que tout ne se passe pas exactement comme ça, mais c’est l’idée générale. Quoi qu’il en soit, après cet enchainement d’évènements, Grim Batol était vidée de ses occupants orcs et serait tenue à l’œil.

 

3 – Ça s’en va et ça revient

 

Après la fin de la Deuxième Guerre et la défaite des peaux-vertes, les lieux demeurèrent surveillés par des dragons rouges qui patrouillaient avec une vigilance d’aveugle autour de la forteresse. Ces sentinelles de choix ne virent pas que Deathwing fit cacher dans les tréfonds de Grim Batol sa nouvelle création : les œufs des dragons du crépuscule, cette race inédite de sauriens qui devrait assurer sa suprématie sur Azeroth. Tandis que ce nouvel élevage d’œufs de dragons prospérait sous la surface de la cité naine, la fin de la présence des rouges aux abords de la ville s’amorçait.

Grim Batol MdC

Séduits par les désirs de domination et la soif de pouvoir de l’Aspect de la terre, le Marteau du crépuscule, un culte-clan dirigé par Cho’Gall et œuvrant pour le compte des Dieux anciens, revendiqua les Hautes-terres du Crépuscule comme base d'opération. Cette secte de gothiques  conspirateurs s’empara de Grim Batol, après en avoir chassé les dragons d’Alexstrasza, afin de l’utiliser comme forteresse et lieu d’entrainement pour les serviteurs de Deathwing. Les salles du complexe s'enfoncent si profondément dans la montagne que personne ne peut prédire quel odieux projet plus global le Marteau du crépuscule est en train de suivre. Et, c’est en réponse à un appel de ces incapables du Vol rouge, que les héros d’Azeroth devront pointer à l’entrée de l’instance, pour faire le ménage à la place de ceux que les Titans chargèrent de veiller sur ce monde.

Vu le nid à merdes que devient chaque fois un peu plus cette ancienne cité Naine (bien en-deçà des prix du marché), il n’est nullement surprenant qu’à part des marginaux, des fugitifs et des sans domicile fixe, le coin n’attire personne. Peut-être que toi aussi ; ami asocial, tu seras de la clique qui foulera le sol de l’endroit pour étancher ta soif de sensations et squatter un lieu, où, tant de dépravés sont venus avant toi.

 

Alexstrasza

Sam-NRV

 

Source : http://www.millenium.org/wow/accueil/actualites/decouvrez-l-histoire-de-l-ancienne-cite-naine-grim-batol-34523?page=4



[ Édité 06 septembre 2010, 10:44 ]
Retour en haut
Modérateurs:aihla, Minitonia, Nowwhat, Yøg, Dobromir, Agroma, Freijana, Yinløng, Espérãnce

Allez à:     Retour en haut


Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
.